Archive pour juin, 2008

Même pas belle !

En revoilà un tout neuf…

Un peu différent des autres, je crois !

Votre avis m’est toujours aussi précieux…

Camille a son illustratrice c’est Zanapa

A la naissance, sa mère en resta sans voix.

« -Mais qu’est-ce que c’est que ce bébé là ?

Il a les oreilles décollées et son nez n’est pas très droit,

Quelle drôle de tête il a !

Quoi qu’il en soit, je vais l’aimer comme il est… je n’ai pas le choix ! »

 

C’est ainsi que naquit Camille qui était une petite fille

Certes très gentille mais aussi, disons-le, très très … moche !

Jamais à ce sujet elle ne faisait de reproche :

Sa mère n’avait pas voulu ce menton en galoche !

 

Pourtant, il faut l’avouer, ce n’était pas tous les jours fastoche,

Quand dans la cours de l’école, de sales mioches lui criaient :

« Casse-toi, t’es moche ! »….

Mais Camille était intelligente

Et ne répondait jamais à leurs phrases méchantes.

 

En grandissant, cela n’alla pas en s’arrangeant.

Les princes ne sont pas tous charmants

Et beaucoup préfèrent un joli minois à l’air narquois

(même s’il dissimule l’intelligence d’une oie !)

A un esprit brillant s’exprimant par une bouche sans dent !

 

Elle ne comprenait pas pourquoi dans leur tête, être laid

Impliquait que l’on soit benêt ou mauvais.

Pourquoi beau fonctionnait-il toujours avec bon ?

Ne pouvait être à la fois bon et laideron ?

Les belles méritaient-elles que l’on prenne tant soin d’elle ?

Alors même que certaines étaient sans cervelle…

 

Mais même pour les moches (et autres affreuses caboches !) le soleil brille !

Et Camille eut trois petites filles, Léa, Eva et Prunille

Qui, au grand dam de leur grand-mère

Ressemblaient, traits pour traits à leur mère.

 

Cette histoire n’est pas celle du vilain petit canard,

Camille ne devint jamais une star,

Et même sans lunettes et les cheveux détachés,

Elle n’était pas une reine de beauté !

Mais on s’en fiche !

Car quelle importance d’avoir des yeux de biche

Si, dans la tête, on a un pois chiche !

Publié dans:Mes textes... |on 20 juin, 2008 |4 Commentaires »

La double vie d’Aglaé

Je sollicite encore une fois votre avis… Vos critiques sont les bienvenues !
Aglaé a trouvé son illustratrice, c’est Rebz !

Aglaé a 6 ans.

Elle a un papa et une maman.

Papa vit dans une grande maison,

Maman dans un appartement.

Et c’est pour cette raison qu’Aglaé a deux maisons.

 

Tous les dimanches soirs, elle ramasse ses affaires

Et Edouard son hamster, pour changer d’univers.

 

Chez Maman, il y a Armand, son prince charmant.

Avant c’était Papa son amoureux

Ensemble, ils ont été heureux.

Aglaé est née et après quelques années,

Ils se sont séparés.

 

Papa s’est remarié avec Zoé

Ils ont même eu un bébé,

Un demi-frère nommé Albert.

Quand il est né, Aglaé s’est beaucoup inquiétée :

A quoi allait-t-elle ressembler, cette moitié de bébé ?

Mais c’est un bébé tout entier qui est arrivé

Et aujourd’hui Aglaé est très fière de son petit frère Albert.

 

L’été avec Papa, Zoé et Albert,

Aglaé va à la mer.

Armand et Maman prèfèrent les croisières.

Et c’est sur une péniche qu’ils descendent les rivières.

 

Le jour de l’année préféré d’Aglaé,

C’est celui de la rentrée !

Car ce matin-là, Maman met son manteau carmin

Et son parfum au jasmin,

Papa sort son vélo bordeaux et les rejoint,

Et Aglaé prend le chemin des écoliers, en les tenant chacun par une main…

Publié dans:Mes textes... |on 17 juin, 2008 |12 Commentaires »

Quand Lilie lit la nuit…

 

Voilà un nouveau texte, j’attends vos avis !

 

Lilie est une jolie petite fille

Qui vit dans un grand appartement

Avec Léa, sa maman.

Lilie aime : les glaces, l’ananas et Mathias.

Elle aime aussi les ravioli, Amélie mais pas du tout le céleri !

Mais ce que Lilie aime par-dessus tout ce sont les pâquerettes,

Les pastèques et surtout… la bibliothèque !!!

 

Chaque vendredi, la bibli ouvre la nuit.

Ce soir-là, Lilie et sa maman dînent tôt ,

Et partent aussitôt, après manger, à pieds,

Vers le grand bâtiment d’architecte

Qui abrite la bibliothèque.

 

Maman s’installe silencieusement à une table

Où elle vide son cartable.

Elle vient étudier pour avoir un beau métier :

Maîtresse ! Lilie la laisse travailler en paix

Et va retrouver sur la pointe des pieds

Son copain du vendredi, Harry !

 

Il est bibliothécaire, et quand il croise sa mère,

Lilie lui trouve un drôle d’air.

Lilie en rit, elle a compris : Harry est amoureux

C’est vrai que Léa a de beaux yeux bleus.

 

Lilie et Harry se racontent leur semaine en chuchotant

Et puis se promènent en regardant les rayonnages.

Combien de pages ? Combien de personnages

Emprisonnées dans ces livres, entre les pages?

Une fois qu’ils en ont choisi un,

Harry et Lilie vont s’asseoir dans un coin,

Sur les gros coussins, ils sont si bien !

 

Ensemble, au coeur de la bibliothèque,

Alors que dehors il fait nuit noire,

Ces deux passionnés d’Histoire partent

Sur les traces des Aztèques, des Mayas et des Olmèques.

 

 

Les plus belles nuits du vendredi

C’est quand sur les carreaux, Lilie entend la pluie

Et que, appuyée contre l’épaule de Harry

Elle imagine une autre vie

Où elle aurait eu un papa comme lui…

Car de papa, Lilie n’en a pas !

 

« Et pourquoi pas ? »rêve Lilie en secret

Alors qu’elle regarde Harry et Maman discuter.

Car Lilie sait bien que les rêves sont comme les livres :

On peut les caresser, les raconter, les partager,

Ils nous mettent des couleurs plein la tête dans nos lits le soir,

Ils nous donnent de l’espoir quand la vie est trop noire.

Et quand on croit vraiment en eux, ils peuvent rendre libre et heureux

 

Mon tout premier texte : Amédé doit cesser de zozoter…

Amédé a trouvé son illustratrice ! Youpi ! c’est Gwenaëlle !
ça y est ! C‘est décidé

Le verdict est tombé,

sormais pour Amédé

C‘est interdit de zozoter !

 

Le monde est si compliqué,

Songe Amédé en secret

Pourquoi son copain Sacha

Ne s‘appelle-t-il pas Thomas ?

Pourquoi raffoler du chocolat

Quand il pourrait aimer les noix ?

Pourquoi a-t-il un chien nommé Chopin

Et non un lapin appelé Rodin ?

 

Ce n’est pas anodin, un cheveu sur la langue,

On a le coeur qui tangue, on ne fait pas le malin

Quand devant les copains, (et surtout la maîtresse !)

Notre vilaine langue joue les traîtresses.

 

« Pas de stress ! lui dit sa maman

Tout cela n’est pas si gênant,

C’est même plutôt touchant.

Mais puisque le monde est si chuintant

Nous allons remédier à ce zozotement ! »

 

Et c‘est ainsi qu’un mercredi

Ils se rendirent chez une scialiste

Qui portait le triste nom d’orthophoniste.

Quel ne fut pas leur étonnement, en arrivant,

De découvrir, tout sourire,

Une jolie dame parme pleine de charme.

 

« Mon nom à moi c‘est Charlotte » dit-elle.

« Sssssarlotte… crotte ! pense Amédé

J‘aurais préféré Aglaé !

Tant pis, c‘est ainsi,

Et puis elle a l’air gentil… »

 

Depuis chaque mercredi,

Charlotte et Amédé (qui pour venir ne traîne plus les pieds)

Explorent des contrées peuplées d’animaux rigolos.

Son préféré, c‘est Momo le Chameau,

Et son drôle de chapeau.

Il vit dans un désert,

Où il invente des desserts à la praline

Pour sa copine Augustine, une vache bleu marine.

Il est parent avec Charmant, le serpent,

Qui vit dans un panier tressé dans la journée,

Mais qui, dans la soirée, charme son charmeur

Et file, avec ardeur, retrouver la chaleur du foyer

Et la saveur des choux au praliné

Préparés par ses deux amis.

Ah ! Amédé rêverait d’être de la partie !

Avec Ambroise, une chouette chatte siamoise,

Ils organisent des dîners, avec beaucoup d’invités.

Le clou de la soirée c‘est, à n’en pas douter,

La charlotte au chocolat

Mmmmmmh ! Au chocolat, Amédé en est baba !

 

Et c’est comme ça qu’au bout de quelques mois,

Amédé apprit avec désarroi

Que les rendez-vous du mercredi après-midi,

C‘était définitivement fini.

 

« Pourquoi saperlotte ! Tu ne veux plus de moi Charlotte ?

Et moi qui disait à Sacha et Marie que l’on était amis,

Que dans nos jolies histoires, jamais rasoir,

Des animaux très très beaux (accros au chocolat, tout comme moi !)

Organisaient des repas avec plein de copains,

Dont l’un ressemblait beaucoup à Chopin, mon chien… »

 

Un immense sourire, suivi d’un grand éclat de rire,

Illuminèrent alors le visage de Charlotte.

« Arrête ta parlote, petit père !

Tu es devenu un expert !

Les mots pour toi n’ont plus de mystère

Et puis, avec Sacha et Marie ,

Vous viendrez me voir le samedi .

Avec Chopin, dans mon jardin ,

Nous prendrons du jus de raisin …

Et exprès pour toi, du bavarois au chocolat !

 

Ce texte s’adresse aux enfants entre 5 et 8 ans qui ont des petits problèmes de diction : à chaque couleur correspond un son.

[z] en vert

[s] en bleu

[ch] en rose

[j] en violet

C’est le tout premier que je publie alors j’ai un peu le trac… J’espère qu’un gentil illustrateur sera intéressé !

 

 

 

coursparticuliersdefrancais |
Editions de la Mer d 'Egée |
hadiat allah |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Siwénaca
| Folklore en Europe
| RURALIVRES