Archive pour la catégorie 'Quand Lilie lit la nuit…'

Deux textes cherchent illustrateurs

Je sais que tout le monde est très occupé en ce moment avec le projet 6

Mais je lance quand même un appel aux illustrateurs

pour deux de mes textes :

Quand Lilie lit la nuitbibliothque.jpg

(ambiance feutrée et douce)

couloir7270vz0.jpgqui avait mais n’a plus d’illustratrice

et Bruits de couloir 

(frissons et ambiance un peu glauque)

qui m’a été inspiré par

l’illustration de Pheminus

lors du projet 6.

Voilà !

Quand Lilie lit la nuit…

 

Voilà un nouveau texte, j’attends vos avis !

 

Lilie est une jolie petite fille

Qui vit dans un grand appartement

Avec Léa, sa maman.

Lilie aime : les glaces, l’ananas et Mathias.

Elle aime aussi les ravioli, Amélie mais pas du tout le céleri !

Mais ce que Lilie aime par-dessus tout ce sont les pâquerettes,

Les pastèques et surtout… la bibliothèque !!!

 

Chaque vendredi, la bibli ouvre la nuit.

Ce soir-là, Lilie et sa maman dînent tôt ,

Et partent aussitôt, après manger, à pieds,

Vers le grand bâtiment d’architecte

Qui abrite la bibliothèque.

 

Maman s’installe silencieusement à une table

Où elle vide son cartable.

Elle vient étudier pour avoir un beau métier :

Maîtresse ! Lilie la laisse travailler en paix

Et va retrouver sur la pointe des pieds

Son copain du vendredi, Harry !

 

Il est bibliothécaire, et quand il croise sa mère,

Lilie lui trouve un drôle d’air.

Lilie en rit, elle a compris : Harry est amoureux

C’est vrai que Léa a de beaux yeux bleus.

 

Lilie et Harry se racontent leur semaine en chuchotant

Et puis se promènent en regardant les rayonnages.

Combien de pages ? Combien de personnages

Emprisonnées dans ces livres, entre les pages?

Une fois qu’ils en ont choisi un,

Harry et Lilie vont s’asseoir dans un coin,

Sur les gros coussins, ils sont si bien !

 

Ensemble, au coeur de la bibliothèque,

Alors que dehors il fait nuit noire,

Ces deux passionnés d’Histoire partent

Sur les traces des Aztèques, des Mayas et des Olmèques.

 

 

Les plus belles nuits du vendredi

C’est quand sur les carreaux, Lilie entend la pluie

Et que, appuyée contre l’épaule de Harry

Elle imagine une autre vie

Où elle aurait eu un papa comme lui…

Car de papa, Lilie n’en a pas !

 

« Et pourquoi pas ? »rêve Lilie en secret

Alors qu’elle regarde Harry et Maman discuter.

Car Lilie sait bien que les rêves sont comme les livres :

On peut les caresser, les raconter, les partager,

Ils nous mettent des couleurs plein la tête dans nos lits le soir,

Ils nous donnent de l’espoir quand la vie est trop noire.

Et quand on croit vraiment en eux, ils peuvent rendre libre et heureux

 

coursparticuliersdefrancais |
Editions de la Mer d 'Egée |
hadiat allah |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Siwénaca
| Folklore en Europe
| RURALIVRES